Infections urinaires : le viol de mes limites

Dernière mise à jour : 6 janv.

Ma première cystite s'est déclarée 4 jours après ma naissance. J'ai été hospitalisé durant une semaine. Quelques mois suivant, une pyélonéphrite. Au total, j'ai dû faire au moins une trentaine d'infections urinaires dans ma vie, sans aucune malformation du système urogénital. J'ai été traité par antibiotiques de façon systématique, si bien que j'ai fini par développer une importante antibiorésistance. Les produits naturels étaient complètement inefficaces. Bref, en prenant des antibiotiques, je détruisais complètement ma flore intestinale et vaginale, mais je n'avais pas le choix. Je devenais de plus en plus sujette aux infections et je vivais un véritable cercle vicieux. Parfois on rencontre un même problème qui se répète, encore et encore, jusqu'à comprendre le message envoyé par notre corps.


infection-urinaire-cystite-naturopathie.jpeg

Les émotions responsables des brûlures urinaires

Cette notion de "choix" est justement fondamentale dans une cystite. L'infection urinaire vient nous montrer que nous sommes face à une situation morale qui nous demande de faire un choix. Cette décision est douloureuse car choisir c'est renoncer, et psychologiquement, ça fait mal.

Quelque chose cloche dans notre vie. Que ce soit une relation, une situation professionnelle, ou personnelle. Nous pouvons vivre de la dépendance vis à vis de quelqu'un, de son opinion, de son approbation, de son amour. Nous pouvons ressentir trop d'instabilité, qu'elle soit financière, affective ou émotionnelle. Nous pouvons ressentir un sentiment d'impuissance et de soumission face à ce qui nous arrive dans la vie.

Notre corps émotionnel sait qu'au fond, nos actes et/ou nos paroles ne sont pas alignés avec nos besoins profonds. La tête n'est plus alignée avec le coeur. Si nous ne prenons pas garde de respecter nos besoins, le corps viendra nous imposer une pause. Rien de tel qu'une cystite pour se recentrer sur soi, les brûlures sont si désagréables qu'on n'a plus d'autres priorités que de s'en débarrasser. Oui mais comment ?


L'origine émotionnelle des infections urinaires

Ce positionnement est difficile et douloureux parce parce qu'on a peur du changement et des conséquences que cela implique. Au fond, la véritable cause émotionnelle d'une cystite c'est que l'on ne se sent pas capable de se prendre en charge seul(e).

Et oui, en décodage biologique, l'urine qui brûle, la peur d'être pleinement soi, et de faire sa place dans un monde qui ne nous correspond pas totalement. Se sentir incapable, en décalage ou en désaccord, peut amener une insécurité territoriale trop grande, réveillant la peur ancestrale de ne pas survivre, qui peut déboucher sur une pyélonéphrite si la cystite n'est pas soignée.

Il importe donc de reconnaitre les besoins émotionnels sous-jacents qui ne sont pas respectés, et de comprendre quelles limites ont été bafouées. C'est pour cela que les cystites arrivent souvent lors d'une nouvelle relation amoureuse. Parce qu'on se précipite dans une relation charnelle alors que notre corps émotionnel n'est pas encore prêt pour partager notre intimité et une sexualité avec un nouveau partenaire. Cela peut aussi arriver après un conflit avec une personne qui compte, quand pour "vous protéger" certaines personnes deviennent autoritaires ou intrusives voir même vous rabaisse. Enfin, quand on n'ose pas être sincère, donner son avis, ou que l'on se force à faire quelque chose à contre-coeur.

Certaines femmes font ce qu'on appelle des cystites interstitielles, appelé également "Syndrome de la vessie douloureuse" : après analyse des urines, l'examen montre qu'il n'y a pas de germes, et donc aucune infection. Pourtant les douleurs sont là. C'est que le terrain est en bon état, mais que le corps émotionnel lui, va mal.


Sortir des cystites chroniques avec la naturopathie

Toutes les femmes ne déclenchent pas de cystite dès qu'un sentiment d'insécurité ou d'impuissance se présente, fort heureusement. Certaines vont subir une extinction de voix, d'autres un torticolis. La maladie survient là ou le corps est le plus fragilisé.

C'est là, que la notion de terrain en naturopathie est importante : La plupart de mes clientes ayant vécu cette problématique avaient un microbiote appauvri. Elles n'ont pas été allaitées durant leur enfance, et ont eu une alimentation très peu diversifiée en fruits et légumes (prébiotiques). Rajoutant par dessus des antibiotiques, un peu de stress, une hygiène inadaptée, et le tour est joué.

Alors quels conseils vous donner ? Un bon naturopathe ne va pas vous donner du cranberry. Il va chercher à rétablir l'équilibre physique et émotionnel dans votre organisme. Je travaille conjointement à rééquilibrer l'alimentation et les émotions. De votre côté, vous pouvez d'ores et déjà limiter votre apport de sucre, mangez équilibré, et boire plus d'eau. Un accompagnement psychologique pour apprendre à respecter vos ressentis et assumer vos besoins peut être nécessaire dans certains cas.


Aujourd'hui, ça fait plus de 4 ans que je n'ai pas fait de cystites. Je sais que c'est quelque chose de terrible quand on vit cela de façon cyclique car je suis passée par la. Mais je vous rassure, oui on peut s'en débarrasser définitivement. Pour plus d'informations, je vous invite à découvrir le bilan de vitalité, ou à prendre rendez-vous.


En un mot, respectez-vous, avant d'attendre que l'autre vous respecte.